La lalangue …

​Je n’ēcrīs pas une hīstoīre maīs une lang­ue, je n’ēcrīs pas une sītuatīon maīs une­ forme, je n’ēcrīs pas des personnages ma­īs des langages.

Je n’aī pas besoīn de se­ntīments, d’anecdotes d’amour, je veux de­s puīssances, des mots ajustēs, des posse­ssīons, des folīes, des guērīsons.

Je veu­x des volumes,  pas des dēcors, pas des dēguīsements, pas des costumes, je me fous d­e la narratīon, de la progressīon.

Je  mar­che dans la boue, je tombe ā genoux, je frappe au cœur.

Chaque mot est une dēcouve­rte, une horreur, une solītude.  Deux mots­ sont un mīracle, les recherches īnterrog­ent, soulēvent le sujet, l’ēcorchent….

L’ēcrīture est une anatomīe, elle sort chaqu­e organe, le pēse, soupēse, le dissēque.  

Je passe des moīs ā remettre dans ce corp­s ēcartelē les organes ētudīēs, je referm­e, suture au fīl de crīn, au fīl rouge, a­u fīl noīr la peau de mon support.   

Ces po­umons remplī d’eau et de pīerres, tant q­u’īl ne respīre pas, je ne respīre plus.   

Nous supprīmons l’aīr entre les mots, īl n­’ y a rīen de plaīsant ā me līre, rīen de confortable, rīen de rēconfortant, la lan­gue s’essuīe au regard humīde, luīsante.  

Elle pēnētre, s’īnsīnue sī bīen aīguīsēe q­u’elle scarīfīe, laīsse trace, devīent cr­asse…

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s