Honnête trahison?

Gizloup jaloux ?

M’aime~t~il?
Doute! Confiance! Culpabilité!

Le rendre jaloux ne sera pas la solution… Les hommes ne supportent pas que d’autres personnes tournent autour de leur compagne. Même l’amant n’appréciera pas pour autant qu’on le délaisse pour quelqu’un d’autre.

Vous pourrez exploiter autant comme autant ce caractère de l’homme pour que votre amour soit jaloux(erreur) et qu’il s’attache encore plus à vous, mais jouer avec les sentiments d’une personne est un jeu dangereux et cela risque de se retourner contre vous.

Aujourd’hui j’ai compris une chose…. Quand vous aurez la certitude qu’il tient à vous, arrêtez de douter et revenez vers lui.

Si j’y pense sérieusement, lorsque nous choisissons d’accorder à quelqu’un une place prépondérante dans la satisfaction de nos besoins affectifs les plus importants, nous disons que nous aimons cette personne.

Or, cette place de choix correspond à une dépendance qui conduit facilement à la jalousie.

On peut donc dire que l’amour et la jalousie sont des expériences indissociables. 

La jalousie peut être dévastatrice. Elle crée une atmosphère de doutes et peut facilement détruire une relation, et miner votre confiance en vous-même.

Il faut donc comprendre nos sentiments puis faire la distinction entre nos réactions rationnelles et irrationnelles quant au comportement des personnes que nous chérissons. Ainsi augmenter notre confiance en nous-même afin d’éviter l’anxiété.

Il nous faut examiner alors en détail nos hantises afin de déterminer si elles sont rationnelles ou non et, éventuellement, de développer une relation de confiance avec notre partenaire.

La jalousie est précieuse et peut être utilisée d’une façon constructive, qu’il s’agisse de rivalité ou de possessivité.

Elle explique également ce qui nous amène à des choix destructeurs.

Enfin, elle indique des voies de travail sur nous-mêmes pour que les expériences de jalousie puissent devenir des occasions de croissance personnelle plutôt que de stagnation ou de détérioration.

Quand on parle d’infidélité, la plupart des gens ne voient pas les choses avec un point de vue bien différent de l’opinion publique.

Celui qui trompe est considéré comme un être abject, égoïste, mauvais…le cinéma, la télévision,  plus habituées à flatter la pensée dominante,  qu’à approfondir vraiment le sujet. Les journaux et les journalistes, les stars et starlettes, les critiques, les personnes communes et bien plus encore, (même ceux qui partage notre vie chaque soir).

Tous, lorsqu’ils affrontent le thème de l’ « adultère» sont d’accord pour décréter le côté «malhonnête» et «immoral» de la chose. Voire sinistre dans la mesure où ça touche à l’éthique.

Et ce, dans le but de condamner ce comportement sans jugement et sans appel. Sans même essayer de comprendre les sentiments de ces personnes. 

Rares sont ceux qui osent s’exprimer en public sur le fait que tromper veut dire aimer.

Par exemple, la maîtresse d’une personne qui est déjà en couple ou qui ne veut pas d’engagement, représente la figure de quelqu’un d’aimante, même si elle a beaucoup moins que si elle était son unique partenaire ; parce que celui qui trompe représente la figure de quelqu’un qui, en quelque sorte, aime la personne qu’il a à ses côtés. Et qui aimera également ses autres partenaires lors de ses infidélités, une, deux, ou trois personnes dans sa vie, peu importe. 

Ce qui importe c’est le résultat final de la chose, et donc que tromper a un rapport avec l’@mour, avec cette capacité illimitée et étendue de donner et de recevoir de l’@mour. Avec une multiplication des possibilités d’@mour!!! ( ∞ )

Et l’@mour, comme on le sait si bien, ne devrait avoir aucun rapport avec l’avidité et l’égoïsme, sinon quel genre d’amour serait ~ ce ? 

Don Juan disait? «Tout est amour! Celui qui n’en n’a qu’un est fidèle! Mais envers les autres, il est cruel». Et puis il définissait ce concept d’«étendu sentiment!» C’est ça le mot-clé, que ceux qui blâment de manière sanglante l’acte de trahison devraient essayer au moins une fois de le comprendre, de le laisser voyager à travers leurs émotions si frigides et si intégristes. Si censurées et si intransigeantes…
Étendue, étendue, étendue…

Essayez donc de prononcer plusieurs fois ce mot.
Écoutez le son qu’il reproduit, qui s’étend et virevolte doucement dans l’@ir : étendue

Maintenant au contraire, essayez avec le mot règle, vous entendez comme c’est un mot sec et coupant, castrateur et humiliant.

Dites-le : règle ! On dirait le son d’un coup de fouet, d’une grosse claque, d’une guillotine. 

Tromper c’est avant tout de l’amour, qui est en soi une extension vers les autres.

Appliqué à l’amour ; tromper est le refus de bénéficier de notre possibilité d’aimer une seule personne en la libérant de l’ anxiogène, de devoir être pour nous la seule et unique source parfaite de satisfactions de notre besoin d’amour.

En somme, tromper, c’est aimer plus. Tromper, ce n’est pas seulement « la démocratie appliquée à l’amour ». Ce n’est pas seulement cela car la nature de l’amour cache en vérité très peu de liens avec les règlementations et les chiffres!

J’ai déjà lu quelque part quelque chose du genre… Et j’en oublie l’auteur… «Quoi qui puisse détruire ta liberté n’est pas de l’amour. Il doit s’agir d’autre chose car amour et liberté sont liés, ce sont les deux ailes de la même mouette.» 

Ça disait aussi que…. «Chaque fois que tu vois ton amour en conflit avec ta liberté, cela signifie que tu fais autre chose au nom de l’amour!».

En effet, personne ne pense à l’égoïsme, le vrai et le violent, celui qui exige ta fidélité, et au nom de cette fidélité et de l’idée restrictive de l’amour transforme la fin d’un amour ou la découverte d’une trahison en une tragédie, trop souvent non pas seulement au sens émotif du terme, mais littéral. Mais je ne souhaite pas en écrire plus à ce sujet car je veux au contraire répéter l’amour infini des personnes qui trompent.

Réaffirmer l’harmonie difficile entre les austères et pesantes exigences sociales et individuelles qui suffoquent l’amour en lui imposant des règles de conduite et confirmer la liberté des sentiments qu’a celui qui trompe.

Donc si on commencait par ce qui devrait être la seule règle d’amour? ♥ Si tu aimes quelqu’un, laisse-le libre. ♥ Libre de faire quoi? Libre d’aimer les autres, libre de se faire aimer par les autres, libre d’oublier le partenaire habituel et ses attentes pour un moment ou pour toujours! Libre de répéter tout au long de sa vie que l’amour est une étendue, et non pas une cage

Le mot “amour » dérive du verbe “aimer » qui n’a pas d’étymologie précise.

Certains, qui font d’ailleurs plus de poésie que d’étymologie, soutiennent que l’amour peut se lire comme a-mors, c’est-à-dire sans mort.

Moi je fais partie d’entre eux, et je sais que là où il y a une cage, il y a la mort de la liberté!  Et que c’est là où il n’y a pas de cage que se trouve le véritable amour

En sommes l’infidélité n’est ni bien ni mal. Elle n’est qu’une conséquence naturelle de la vie et une opportunité qui pourrait nous faire prendre conscience de qui nous sommes, d’évoluer par nos choix libres et ainsi être simplement conscient de notre première nature, qu’est d’ aimer inconditionnellement et notre seconde nature, qu’est celle de choisir d’exprimer librement cette première nature. Notre vraie nature, de façon consciente et par choix.

Ainsi, notre sentiment de bien est notre vérité. Mais pour la personne trompé, l’infidélité est perçue comme une humiliation, comme si elle n’avait aucune valeur. Mais en réalité l’@mour n’est pas jaloux, l’@mour fait confiance à l’autre, c’est la base. S’il manque la confiance, il y a un pilier fondamental qui manque à l’édifice qu’est l’@mour. 

En même temps, ce n’est pas facile d’aimer sans vouloir capter l’autre. Sans tomber dans la jalousie excessive, il faut reconnaître qu’on aura toujours tendance à vouloir aimer pour soi. On devient exigeant, l’autre est là à notre service, il doit nous apporter ce qu’on désire. On prend chez lui ce qui nous plaît.

Pour ce qui est de l’ @mour désintéressé, ce dit @mour qui laisse l’autre totalement libre ne s’apprend pas du jour au lendemain.

C’est un long chemin, un travail, parfois d’une vie. Pouvoir dire à l’autre: « Je t’aime pour ce que tu es et non pas pour ce que tu m’apporte! »

Ta Bambi qui grandit continuellement

Je ne cherche pas d’excuse pour mes actions passées, je ne tente pas non plus d’ amenuiser ta réaction.
Je suis simplement triste devant la répercussion de mes actes.

Jua Soleil
Je suis également sur Blogger dans L’empreinte de toute chose

Trouvez~moi aussi sur path ainsi que sur about.me

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s