Ma loi du trois jours !!! @cceptation….

   J’écoute peu et je ne fais qu’à ma tête. C’est entres autres pour ces raisons que j’en suis arrivé à une existence si misérable.  Par contre j’adhère à une grande règle, celle de trois!  Afin de repartir vers la lumière mais pour l’instant, impossible. C’est un immense coup au coeur que je me dois d’@ccepter, l’État de mon Âme est énormément triste à voir de l’espoir ainsi que  vivre au moment où j’écris ces lignes. 

L’épreuve est réellement difficile et cruelle.  Où est cette source?  La source de cette énergie si vitale soit~elle?  Si apaisante et nouvelle.  Je l’ignore.  J’irais tant m’y puiser afin de panser ce géhenne fastidieux que j’éprouve,  m’y retrouver et guérir de ce deuil.  La souffrance ne possède pas assez de vocabulaire, toutes langues confondues pour exprimer mon désarroi.

    Personne ne devrait vivre cela de son vécu et encore moins deux fois dans la même vie. C’est inhumain.  Injuste, discriminatoire.  Imbécile!  C’est pourquoi je vais vous parler de ma règle. Une des rares d’ailleur que j’observe en fait. C’est à dire que j’ai droit à trois jours, trois longues journées où je peux même envisager comment peut être bienfaisante la mort. Trois putin de  jours ou l’éducation et les biens scéances n’ont aucune espèce d’importance….

J’en suis donc péniblement à ma deuxième journée de cette dites mort.    La vie ne m’anime uniquement pour que battre mon coeur …. J’ai donc encore tous les droits (je n’parle pas de voler, violer ou tuer bien entendu) mais de réagir démesurément ou sagement, avec hurlements ou en silence, vide de tout espoir…  Je me dois d’utiliser ce délai dérivatif pour ne pas sombrer vers le «non ~ être»  ou le thébaïde dont je sens l’attrait.  Je dois dire que me situe en plein centre d’un terroir que beaucoup craignent depuis le début des temps,  celui de l’étiolement.

    Ce vendredi je suis morte.   N’ayez crainte ce n’était pas la première fois…. Le marasme a systématiquement eu gain de cause sur moi …
   
    Je vous rassure, la mort n’est pas si effrayante, j’oserais aller jusqu’à penser qu’elle ne peut être que belle et merveilleuse, elle m’attire. Je dois me faire violence afin de ne pas en tenir compte.  Son emprise est si forte. Je suis même capable de sentir sa béatitude et sa paix, qu’il s’en dégage. Son attraction est d’une telle puissance.  Mais ai-je pour la énième fois envie d’aller à l’encontre de ce courant une fois encore?   Non !!!  Mais il le faut. Car ce n’est qu’une idée et ça va se passer, puisque tout passe. Le temps fait son temps,    tout le temps.   J’@i mes filles et mes filles ont besoin de moi,  donc ¡
Fuck le système! Fuck la PitPit! Fuck le syndrôme de “Stacause”  J’vais faire
mon temps j’ai aucun choix d’où est capitale ma règles du trois jours!!!!

  Mais peu importe car ce vendredi je suis morte.  Oui vous avez bien lu, je suis morte pour la seconde fois en quarante années.

    L’honorable juge Bergeron à pris comme décision de me retirer la garde de mes deux filles chéries, mes bébés adorés,  qu’elle m’avait elle-même confié il y a trois ans lors de notre destructrices séparation à leur père et  moi!  Elles me sont retiré parce qu’elle juge mon attitude parentale non adéquate,  avec réactions non appropriées aux comportements des enfants, c’est incroyable. Et pour toute une année… C’est si injuste.  Un @n, ma foi c’est insensé.  Mon histoire à tourné au cauchemar, et ce, uniquement parce que j’ai cru que je pouvais changer les choses. Je m’suis pensée mieux que le système.  Je ne concevait pas avoir besoin du Directeur de la Protection de la Jeunesse pour éduquer mes filles sacrées quand j’ai gentiment refusé de signer les “mesures volontaires” des services sociaux qui clâmaient haut et fort,  tout sourire, ne pas nous vouloir nous nuire juste nous suivre. Au deux, trois semaines.  Misère ce n’est plus le même discours n’est-ce pas?

Pif! Bedang! Gong! Dah! Pitif! Pataf! Calang! Bah! Tak! Paf! Bong! Bedang!  Voilà mon erreur.  Une saleté d’erreur…. Je ne peux m’en prendre qu’à             moi-même, je n’ai pas eu peur de leurs menaces, je n’en ai pas même pas tenu compte! Ce n’est pas ce qu’il fallait faire, voyons! Cela n’était pas du tout vers cette tangente qu’ils se dirigeaient soi-disant lors de notre première rencontre.  J’avais une telle confiance en mes compétences, en mes filles, en min ex- conjoint, en moi, aucun doutes sur mes principes et valeurs. Je savais que j’étais dure et rigide au quotidien puisque je travaille ce trait de caractères  depuis ma séparation, mais je leur donnaient et me donnait tous les jours des câlins, caresses, support, et amour …. Niveau académique j’ai toujours été présente et même plus, je vais au sortie scolaires avec elles, aide à la bibliothèque comme bénévole pour être impliqué le plus possible. Je suis dans le C.E. de l’école secondaite de ma plus grande pour servir d’exemple. Quoi de plus je nourrissais les enfants comme professions et j’avais comme projets de recommencer …
   
     Je n’ai tout simplement pas accepté que ma fille ainée, la chair de ma chair,  se dresse devant moi et refuse de monter dans sa chambre après avoir violemment poussé sa soeur cadette dans l’escalier.  Et crie en injurient que je n’était qu’une folle après tout. 
  
    Hich! Phrase douloureuse et cruelle!

    Deuxième erreur, j’ai sortie de mes gonds, je l’ai agrippé par son ample sweat-shirt et lui ai crié très fort qu’on ne parlait pas de la sorte à ses parents et que, si j’étais ma mère, elle aurait tout qu’une claque, car c’est ce qu’elle mériterait.  À ce moment elle avance et dis: «Et bien, tu ne le feras pas!» Ayant toujours son gilet tortillée dans la main je me rendis vite compte que la situation n’avait pas d’allure, que ça  dérogeait, donc je l’a repoussa d’un coup sec sur son lit.  Tous cela je vous dirais ne dura pas plus de trois minutes environ. Ensuite je rebroussai chemin direction rez-de-chaussée pour discuter avec leur père de la scène …  Et devinez quoi? Okay! J’ai poignée un mur car il m’accusa avoir battue ma fille et avoir porté coups sur son torse puisqu’elle était toute rouge …  Au secours mon Dieu.  Imaginez cela… Seule j’ai mangé à la hâte mon souper dans la cuisine. C’etait le repas que nous étions sensé manger en famille puisque j’avais reçu un congé de l’hôpital jusqu’à 21:00. J’suis donc partie en ne disant au-revoir qu’à mon petit bébé qui avait beaucoup de peine…

    Ensuite plus de nouvelles ….deux longs mois sont passé et vendredi j’ai perdu la garde de mes cocottes pour une interminable année! 

Il ont utiliser mon passé Pif ! Gong ! Donc ! Pitif ! Pataf ! Calang ! Bah ! Tak ! Paf !  Bong ! Bedang !
Ils m’ont dépeint comme si j’erais un monstre, agressifs, schizophrène et toxicomane… C’est ma grande difficulté de constaté que mes efforts effectué depuis quatre ans n’ont aucun impact devant le mensonge et l’injustice au présent….  Tout est ma faute! Entièrement ma faute….
  
     Je n’avais qu’à signer ces foutues «Mesures Volontaires» ….À qui la faute?
Que moi ¡!¡

Bonne St~Valentin à tous, et en particulier mes deux filles adorées, Maëlie et Léa ♥

Jua Soleil 418-262-0813

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s